«Entreprendre permet d’être créatif»

La start-up Geosatis, créée en 2010, développe des bracelets électroniques pour les prisonniers qui purgent leur peine à domicile.

geosatis.jpg

«Durant toutes mes études, j’ai songé à fonder une entreprise, confie James Colli-Vignarelli. Je voulais me sentir libre d’entreprendre, car c’est cette liberté qui permet d’être créatif.» Pour le jeune ingénieur EPFL en électronique, l’occasion de réaliser ce but se présente en 2010, lorsqu’il rencontre José Demetrio qui travaillait depuis quatre ans sur un projet de bracelets de surveillance. «Urs Hunkeler, un ami qui terminait sa thèse sur les réseaux de capteurs sans fil, s’est joint à nous pour fonder Geostatis.»

Basée au Noirmont (JU), la spin-off de l’EPFL développe un bracelet de surveillance électronique pour les prisonniers. De tels dispositifs existent déjà, mais ne permettent pas actuellement de localiser les détenus, ce qui limite considérablement leur rayon de déplacement. «Notre produit permet de localiser les personnes avec une grande précision et lance une alerte lorsqu’ils franchissent les limites géographiques qui leur sont imposées», explique James Colli-Vignarelli. Fonctionnant par GPS, le dispositif est autonome et la personne n’a pas besoin de transporter un émetteur. Inviolable et très discret, le bracelet se dissimule facilement sous un pantalon ou une chaussette. «Sa discrétion répond à la volonté de réinsérer le détenu dans la société.» Un premier test a été effectué dans le canton de Vaud et un projet pilote sera bientôt lancé dans d’autres cantons romands.
 
Pour se lancer, Geosatis a bénéficié d’un coach et du réseau de contact avec le tissu industriel jurassien de la structure d’aide à l’innovation Créapole. La start-up remporte plusieurs concours qui lui permettent d’assurer le salaire de ses six employés: les deux premières phases de venture kick, le prix 2012 de la jeune entreprise du Business Club belgo-luxembourgeois en Suisse, la promotion économique jurassienne et la Fondation pour l'innovation technologique (STI). A travers la plateforme Capital Proximité, Geosatis est en phase de lever des fonds supplémentaires: l’objectif est d’atteindre 3,5 millions de francs d’ici à février 2013.
 
L’ingénieur James Colli-Vignarelli voulait comprendre le langage des entrepreneurs et s’est lancé dans les formations venture plan et venture training. «Les cours autant que les coachs nous mettent rapidement sur les rails et nous montrent les erreurs à éviter. Mais surtout, ils m’ont appris à aborder les clients et à lever des fonds. Même avec un produit innovant et une forte demande du marché, il n’est pas évident de convaincre des investisseurs.»
 
Texte: Feriel Mestiri

Weiterführende Links

venturelab Newsletter

Erfahre Neues aus der Startup-Szene, wir halten dich gerne auf dem Laufenden.

Nächste Events/Kurse

Entdecke mit useren Kursen und Events die spannende Welt der Startups.

Medienkontakt

Du hast eine weitere Finanzierungsrunde abgeschlossen, ein neues Produkt lanciert oder einen relevanten Meilenstein erreicht? Dann lass es uns wissen!